Retour vers Les archives
 

 
   
 

Avec le cœur qui s’accélère, un peu nerveuse, des jeunes filles dessinent au rouge à lèvre sur le miroir des toilettes de l’école.
Ne pas se faire attraper est important : convocation des parents, remontrances, punitions, etc..., ne font pas partie de leurs projets. Elles sentent que ce qu’elles font n’est pas bien, mais elles s’amusent, et puis, braver l’interdit, ça fait monter l’adrénaline !
Jeune ou moins jeune, chrétien ou non croyant, n’avons-nous pas tous vécu de ces moments ou on se sent repris intérieurement, mais devant les autres... , face au jeu... , on n’a pas résisté.
Par là, chacun montre que, créature de Dieu, l’œuvre de sa loi est inscrite dans le coeur, la conscience en rendant témoignage, et les pensées s’accusant ou se défendant tour à tour (cp. Ro 2/15)

Malgré une conscience accusatrice, nos jeunes filles se font un devoir de réaliser chaque jour leurs petits dessins.
En s’habituant à ce rituel, petit à petit, elles trouvent que ’’leur passage au WC’’ est normal. Et si certains pourraient essayer de qualifier cela de moyen d’expression, la personne responsable du nettoyage de l’établissement trouve le jeu peu rigolo.

Excédé de cette perte quotidienne de temps, le personnel mène l’enquête et nos ’’dessinatrices en herbe’’ ne tardent pas à se faire prendre sur le fait. Emmenée devant le directeur, elles se voient sévèrement reprises et sont conviées à suivre l’agent d’entretien sur le lieu de leurs forfaits.
Là, ne comprenant pas le manège, elles observent notre homme équipé de gants, comme tous les jours, laver les toilettes consciencieusement avec une éponge qu’il finit par tremper dans une cuvette de WC pour nettoyer la glace pleine de rouge à lèvre.

Cette leçon était bien méritée, mais ces jeunes filles n’étaient-elles pas aller trop loin ?
Si elles ne voulaient pas vraiment faire de mal, elles savaient que ce qu’elles faisaient n’était pas bien, leur conscience en témoignait.

Cette conscience est un dépôt de Dieu. Nous sommes libres. Chacun peut s’y fier ou le mépriser, mais nous devons tous vivre avec. Et nous sommes objectivement témoin que tôt ou tard, nous avons tous agi en dépit de ce que notre conscience nous disait, certains ont même lutté contre elle pour ne pas tenir compte de ses reprises.

Parce qu’aujourd’hui nous sommes peu optimistes devant l’évolution du monde, on se demande qui respecte sa conscience.
En effet, respecter sa conscience, c’est quelque part respecter Dieu... et cela ne leur vient pas à l’idée. Révérer Dieu n’a pas de sens à leurs yeux. Aucun d’eux ne prend Dieu au sérieux” (Ro 3/18 (PVV)). D’ailleurs tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Ro 3/23).

Qu’on le trouve petit ou grand, tout péché éloigne l’homme du Dieu Saint. Mais le Seigneur nous aime et désire être proche de Sa créature. A ce titre, Il annonce : Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l’Eternel. N’est-ce pas qu’il change de conduite et qu’il vive ? (Ez 18/23)

Pour tout accomplir parfaitement, Il a envoyé Jésus Christ jusqu’à la croix pour payer le prix de notre péché.
Le Fils de Dieu a offert sa vie pour rétablir l’accès au Créateur. Pécheur comme nous, vous pouvez aussi bénéficier de cette grâce que Dieu nous a faite en nous pardonnant.

Oui, Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez (Luc 11/9), car le Seigneur ne désire pas la mort de celui qui meurt,... Convertissez-vous donc, et vivez (Ez 18/32).

 

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact