Retour vers Les archives
Dimanche 3 novembre 2013
 
 
   
 


A cause de la peur, ceux qui sont en train de se noyer se débattent et sont prêts à saisir tout ce qui pourrait devenir une source de survie. Les sauveteurs font partis de ces sources potentielles mais, en difficulté, la force de ceux qui se noient est décuplée et, non seulement ils peuvent empêcher les sauveteurs de les approcher mais aussi, ils peuvent entraîner dans leur noyade celui qui est venu les délivrer.
Dans ces situations, il est important que l’affolement cesse, car le sauveteur peut aussi se retrouver en grand danger. Pour cela, des techniques s’apprennent, mais dans les faits, c’est souvent par la douleur, qu’est permis le retour à un certain calme et un abandon ‘‘entre les mains’’ de l’expert.

Cela ne ressemble-t-il pas à la vie ?

La baignade est le bon moment. Certains n’ont aucun souci avec l’eau, pour d’autres, c’est douloureux dès le départ.
L’épuisement, la maladie ou la cause de la noyade sont les difficultés. Quand quelques-uns ne semblent jamais en avoir, le reste les rencontre très rapidement. Au début on gère…, mais quand aucune issue n’est trouvée, on s’agite. Ça peut ‘‘marcher’’, mais quelque part, on le sait tous, ce n’est que temporaire. Si ça ‘‘ne marche pas’’, l’agitation s’intensifie et toute solution devient bonne pourvu que ça s’arrête vite.
Et il y a la troisième étape, le sauvetage ou la mort.

Si on peut tous se baigner en y prenant beaucoup de plaisir, on sait aussi que notre vie nous mène à la mort. Et, là aussi, il y a quelqu’un qui veille. Beaucoup plus sûr que les meilleurs des maîtres-nageurs, Dieu porte une attention particulière à chacun. Aucun détail de nos vies ne Lui échappe. Déplacements, actes, dispositions de cœur, pensées, motivations,… Dieu sait tout et Il veut utiliser tout ça pour conduire ceux qui le veulent vers ce qu’il y a de meilleur, vers la vie éternelle.

Ce que vous traversez n’est pas simple, se débattre est usant et, comme toujours, quand ça dure, à un moment on ‘‘baisse les bras’’.
Un peu comme ce marin qui racontait sa noyade et sa perte de connaissance avant d’être repêché. Il disait : ‘‘Je ne sentais rien, ni douleur, ni… rien, c’était comme ça, je ne luttais pas, j’étais bien, ça allait tout seul, ce n’était pas dur !’’

Un jour, face à des hommes, Jésus était interrogé : ‘‘Dis-le nous franchement si tu es le Christ ?’’ Jésus leur répondit : Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas… (Jn 10/24-25).
En réalité, ces hommes ne savaient pas qu’ils étaient en train de se mettre en difficulté et de se diriger vers la noyade. Oui, ils en étaient encore à compter sur leurs forces pour s’en sortir.
Tant qu’on est ici-bas, ce fonctionnement peut suffire si on s’obstine à ne jamais considérer que tout est bien trop conditionné au ‘‘hasard’’, mais avec la vieillesse ou, pour d’autres avant, c’est la mort qui se présente et…

Ces hommes ont demandé à Jésus si c’était Lui qui venait les délivrer, la réponse de Christ était claire, tant par Ses mots que par Ses œuvres, mais ils ne voulaient pas de Sa réponse, ils voulaient juste entendre ce qui les arrangeait.

Dieu ne veut pas donner de réponses qui arrangent. Il veut juste dire ce qui est vrai, et Il est le Sauveur. Pas simplement Celui qui empêche la noyade, mais Celui qui, par Sa mort et Sa résurrection, est capable de gérer et de transformer n’importe quelle situation pour le bien des Siens. Pour cela, il faut le croire, quand Il dit qu’Il est là et qu’Il écoute la prière !

Ne faites pas comme ces hommes, considérez ce qui vous entoure, voyez ce que Jésus vous propose et… abandonnez-vous dans les bras du Sauveur.

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact