Retour vers Les archives
a b
 


Est le maître mot pour le vainqueur après le match. Oui, il y a de la joie parce que le but est atteint, mais, cette joie peut être mêlée d’amertume quand on regarde, dans certains cas, de quelle manière la victoire a été obtenue ou lorsqu’on considère la tristesse du perdant.
Néanmoins, la joie de gagner peut gommer beaucoup de choses, si son intensité est très grande. Plus les enjeux sont importants, plus la victoire prend une grande place.

Sport, jeux, loteries diverses, échanges et confrontations d’idées…, à un moment ou à une autre, nous sommes tous confrontés à ce type de ‘‘duels’’.

Mais on a tous conscience qu’on n’a jamais la victoire absolue. Certes, on a gagné, mais on sait qu’on ne gagnera pas à chaque fois. D’ailleurs, chez les sportifs, régulièrement les hiérarchies sont bousculées. En effet, âge, lassitude, arrivée de ‘‘petits nouveaux’’ prometteurs…, régulièrement tout est remis en question. Pourtant,…

… la victoire absolue existe !

Gagner se traduit par la joie et la satisfaction d’avoir bien fait les choses. Comme nous l’avons dit, cela peut être très nuancé, mais Jésus propose à tous ceux qui veulent Le connaître de vivre une joie pleine et entière. Cette plénitude, Il la vivait (Jn 3/29) et Il veut que chacun puisse y entrer, oui, si Dieu s’est fait homme s’est afin que Sa joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite (Jn 15/11).

Cette joie ne réside pas dans l’écrasement de son prochain ou/donc de son adversaire. Elle ne se vit pas au dépend d’une autre, mais cette plénitude demeure dans l’anéantissement de tout ce qui empêche l’homme d’être heureux, savoir lui-même.

Jouer est bien, gagner l’autre est agréable, tant que cela ne devient pas une obsession, soit-elle de courte durée.
Nous sommes faits ainsi, mais ce que votre Créateur désire, c’est vraiment voir chacun entrer dans une joie qui ne dépend pas des circonstances.

Juste avant d’être pris et crucifié, Christ faisait cette prière : Et maintenant Je vais à toi, Père, et Je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite (Jn 17/13). Oui, même en sachant qu’Il allait être : laissé par les siens, prisonnier, frappé, torturé, injurié et crucifié, Jésus proclamait Sa joie parfaite.

Je vous l’accorde, ce n’est pas ‘‘normal’’, mais si on considère qu’Il est Dieu, qu’y a-t-il d’étonnant ?
Lisez, ne serait-ce que les Evangiles, et voyez combien de fois Jésus aurait pu faire autrement… Souvent, très souvent…, mais Dieu a agi à Sa manière pour interpeler et susciter la foi.
Ce qu’Il a fait n’a-t-il pas marqué toute l’humanité ?

Ensuite, par la foi et la confiance en Dieu l’homme peut s’appuyer sur Celui qui est, sait tout, qui est Tout Puissant et qui lui veut du bien.

Ici-bas, il n’existe qu’une victoire qui apporte une joie profonde et parfaite, celle de Jésus à Golgotha, celle qu’Il a remporté pour nous sur le péché et sur la mort.

Ces mots ne font pas partis de votre culture, cela ne ressemble pas à ce que vous avez toujours vu et connu…, c’est possible, alors…

Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé au nom de Jésus-Christ. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite (Jn 16/24).
Oui, dans tous les combats de la vie, Jésus qui nous a tant aimés est près de nous ; avec Lui nous restons vainqueurs et par Christ chacun est conduit de victoire en victoire (cp. Ro 8/37).

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact



partenaires venezamoi.com
 
 
partenaires venezamoi.com