Retour vers Les archives
Dimanche 10 juillet 2016
 

Parce qu’il est très attaché à son maître, le chien est réputé être le meilleur ami de l’homme.
Pourtant traiter quelqu’un de chien est une insulte. Lorsque la Bible parle de ce genre de chose, comme aujourd’hui, appeler quelqu’un chien, était très grave.

Dans une société où le nom donné avait toujours un sens, on s’imagine mal que des parents donnèrent ce nom à un de leur enfant, en Hébreu, c’était : Caleb. Or Caleb était un chef, il avait du caractère et faisait confiance à Dieu.

A 40 ans cet homme fut envoyé exploré le pays promis. Il croyait que Dieu leur donnerait ce pays mais, avec Josué, ils furent les deux seuls. La conséquence de ce manque de foi de tout ce peuple fut que toute cette génération passa errante dans le désert. Seuls Josué et Caleb étaient toujours là et, non seulement ils entrèrent dans le pays promis, mais Josué en tant que responsable devant Dieu et Caleb en tant que référence.
Là, œuvrant comme tous à la conquête du pays, Caleb finit par réclamer la parole que Dieu lui avait donné. Maintenant, demanda-t-il, voici, l’Eternel m’a fait vivre, comme il l’a dit. Il y a quarante-cinq ans que l’Eternel parlait ainsi à Moïse, lorsqu’Israël marchait dans le désert ; et maintenant voici, je suis âgé aujourd’hui de quatre-vingt-cinq ans. Je suis encore vigoureux comme au jour où Moïse m’envoya ; j’ai autant de force que j’en avais alors, soit pour combattre, soit pour sortir et pour entrer. Donne-moi donc cette montagne dont l’Eternel a parlé dans ce temps-là ; car tu as appris alors qu’il s’y trouve des Anakim, et qu’il y a des villes grandes et fortifiées. L’Eternel sera peut-être avec moi, et je les chasserai, comme l’Eternel a dit. Josué bénit Caleb, fils de Jephunné, et il lui donna Hébron pour héritage (Jos 14/10-13).

Oui, Caleb, celui qui n’avait pas un nom prédestiné, était respecté de tous. Et, face à des géants, il s’empara à 85 ans de son héritage qui fut dès lors en repos et sans guerre (Jos 14/15).
Parce que Caleb s’en était totalement remis à Lui, Dieu a pu faire ce miracle. Cette confiance n’est pas feinte. Elle est le résultat d’un vécu et d’un état d’esprit où l’homme réalise pleinement combien le Seigneur non seulement nous aime et, est attaché à respecter sa Parole.

Jésus est la parole faite chair (cp. Jn 1/14). Il s’est offert à la croix pour notre pardon et pour faire entrer ceux qui se confient en Lui dans sa paix. Ce n’est plus un pays que Christ propose à ceux qui le cherchent, c’est un royaume, le royaume de Dieu.
Il est céleste et il est offert par Dieu, en Christ, à tous ceux qui Lui font confiance.

Caleb, cet homme petit par son nom, mais grand par sa foi, n’a pas hésité à demander à Dieu son dû.

Je ne sais comment vous vous considérez…, mais je sais que vous pouvez réclamer à Dieu sa promesse : l’œuvre de Jésus-Christ mort et ressuscité pour vous.

Faîtes-Lui confiance, demandez à Dieu au nom de Jésus, Sa bénédiction et Il agira.
Ce ne sera pas toujours simple, mais la promesse est certaine, si tu fais de l’Eternel tes délices, Il te donnera ce que ton cœur désire (Ps 37/4). Et personne ne pourra s’y opposer, même des géants.

Alors, qui que vous soyez, quelle que soit votre condition, saisissez cette promesse de Dieu, réclamez-la…, entrez et vivez sa joie parfaite, pour votre bonheur.


 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact