Retour vers Les archives
 

 
   
 

L’actualité en France nous ramène brusquement à cette formule utilisée depuis déjà quelques années : « Tous pourris ». Pots de vin, rétro commissions, emplois fictifs… la liste est longue. On aimerait l’oublier mais il y a tant d’affaires et de scandales qui rythment les rapports entre les grands de notre pays que cela n’est pas possible. C’est presque avec une fausse naïveté que nous redécouvrons à quel point une partie de la classe politique et certains grands patrons et financiers ne savent plus donner de sens aux valeurs d’intégrité et d’honnêteté que nous sommes en droit d’attendre d’eux.
Au delà de ce constat, nous pouvons nous interroger pour savoir si nous avons les dirigeants que l’on mérite. Car il apparaît plus facile d’exiger des autres d’avoir un bon comportement qu’à se l’appliquer à nous-mêmes. En effet, à notre niveau, nous pouvons facilement nous trouver dans des situations compromettantes où la facilité nous pousse à accepter ce qui ne l’est pas. Et puis…, « finalement personne ne le saura… ! »
Les hommes sont dérisoires… On se justifie comme on peut : certains « trafiquent », d’autres dérobent sur leur lieu de travail… Voici… Dieu a fait les hommes droits ; mais ils ont cherché beaucoup de détours (Ecc. 7/29).

Le livre de l’Ecclésiaste ne se trompe pas car l’homme du plus élevé au plus simple dans le quotidien de notre monde, ne semble reconnu qu’au travers de la corruption ou comme l’appelleront certains, de la « débrouillardise ».
La facilité n’explique pas tout. La bible nous parle d’un esclavage, celui du péché qui lie l’homme. Oui, il n’y a pas d’homme qui fasse le bien pas même un seul (Ps 53/3).

Tu aimerais faire le bien mais tu n’y arrives pas. L’apôtre Paul a pu résumer cette situation dans son épître aux Romains : je ne fais pas le bien que j’aimerais faire mais je ne peux m’empêcher de faire le mal que pourtant je voudrais cesser (Ro 7/19). Et tu te retrouves dans ces expressions : « C’est plus fort que moi », « Je n’en peux plus »… .

Malgré cette nature bien décevante, la Bible nous annonce une bonne nouvelle, c’est celle de l’œuvre de Jésus.

Dieu nous a donné accès à Sa justice. Cela n’a aucun rapport avec cette justice humaine si décevante, mais elle est belle et bien parfaite.

En Christ, Dieu rétablit l’homme dans Sa dignité et Sa liberté.
Certes, le péché est toujours là mais à la croix, Jésus a pris sur Lui la condamnation conséquence de notre péché.

Y avoir accès, c’est croire et accepter ce que Christ a fait pour vous. Oui, pour vous !

Ce n’est qu’ainsi que tu pourras fuir la condamnation qui pèse sur tes épaules.

Accepte-Le dans ton cœur. Si tu n’as pas cette foi, demande à Dieu, Il est capable de te la donner et de te la faire vivre.

Et tu verras que ton idéal de justice sera comblé.

Tu découvriras quelle est la vraie valeur de la vie avec Dieu, la seule qui vaille la peine d’être vécue.

 

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact