Retour vers Les archives
a b
 


Alors qu’Il était invité, ces quelques mots sont les premières paroles de Jésus à son hôte. La Bible est passée vite sur les propos habituels de courtoisie et de savoir vivre, mais elle s’est arrêtée sur le moment important de ce repas, le moment où le Christ prit la parole. Il dit : Simon, j’ai quelque chose à te dire (Luc 7/40).

Dans une culture où la plupart des noms ont un sens, il est amusant de voir que Jésus a à dire quelque chose à Simon, littéralement à celui qui écoute, qui entend.
On est tous capable d’écouter et d’entendre mais, même si, peut-être comme ce Simon, c’est notre qualité principale, tôt ou tard, on a tous besoin que Dieu, personnellement, prenne la parole.

Savez-vous que vous pouvez être celui qui écoute, qui entend ?

Comme ce Simon, il faut commencer par inviter Jésus chez soi, ce n’est qu’ensuite, que Christ dira quelque chose.
Personne ne sait ce que le Dieu qui connait chaque cœur vous dira, mais, en vue de vous bénir, Il vous interpellera sûrement.

Ainsi, parce qu’Il est ressuscité et qu’Il vit, encore aujourd’hui Jésus, si vous y aspirez, peut prendre du temps pour partager un moment avec vous.
L’invitation peut être franche, elle peut être timide ou dans certain cas à la limite de l’incrédulité, comme elle peut ressembler à celle de cette femme qui, éprouvée et désabusée par ce qu’elle vivait et voyait, disait en son coeur : ’’Dieu, si Tu ne te révèles pas d’ici ce soir, je meurs !’’ Assise et silencieuse, personne n’était au courant de ses résolutions. Personne… sauf Dieu.

Et le Seigneur lui a parlé. Comment… ?

En recevant une Bible d’un inconnu.
Elle l’a lue, et aujourd’hui on peut vous dire que sa vie a changé et ces pensées morbides l’ont quittée depuis longtemps.

Simon, en invitant Jésus, ne réalisait pas ses manquements. Par contre, avec un esprit critique aiguisé, il voyait bien ceux de cette femme qui abordait le Christ avec déférence, parce qu’elle savait qu’Il était le seul à pouvoir l’aider.

La Bible ne dit pas ce que fit Simon, mais elle nous dit que Jésus l’a placé devant l’iniquité de son jugement, devant son péché.

C’est aussi ce que Dieu veut vous dire !

Oui, on est tous pécheur. La vie de cette femme et son apparence révélaient son péché. Pour Simon, qui cherchait à bien faire, c’était moins net, pourtant le péché demeurait. Oui, on peut être recommandable ici-bas tout en étant pécheur. Simon en n’étant pas juste vis-à-vis de cette femme, a dévoilé une facette de son péché : l’iniquité. Bien sûr, ça se voit moins, c’est plus vivable et, je crois surtout qu’on partage un peu tous ce manque d’objectivité. Mais à quelque degré que ce soit, ce péché (si, si, c’en est un) entraîne toujours l’impossibilité de se tenir devant le Dieu juste et saint.

Par contre, la femme qui est venue auprès de Jésus, et aujourd’hui celle qui désirait en finir, ont terminé leur journée bénies et libérées du poids de leur vie et de leur péché. Christ agissait !

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact



partenaires venezamoi.com
 
 
partenaires venezamoi.com