Retour vers Les archives
   
   
 

 

Sans souci particulier, chez lui, un homme entend sonner. Il ouvre, et un assistant d’huissier lui présente une mise en demeure de payer. Très surpris, notre homme se défend et atteste son bon comportement financier et certifie être étranger à toute cette affaire.
Au sentiment de surprise se mêle rapidement une amertume liée à l’injustice de la situation.

Décidément, être accusé en étant innocent n’est pas juste, c’est même insupportable.

Avec sa conscience pour lui, tout en gardant le document ’’au cas où’’, et sûr de son bon droit, il décide de laisser les choses en l’état.
Mais face aux banques et aux sociétés de recouvrement, notre homme réalise vite que l‘on est coupable avant d’être présumé innocent. Ainsi, il se rend chez l’huissier afin de prouver qu’il n’est en rien concerné par ces crédits impayés.

Innocent, les choses sont allées très vite et notre homme fut mis hors de cause. Mais, en plus de l’injustice, aucune excuse ni explication ne furent données pour le dérangement et l’anxiété engendrés par la situation.
Certes, le cabinet d’huissier ne fait que prendre en charge une affaire menée par une société de recouvrement, mais les méthodes sont très discutables et le ressenti de l’individu très traumatisant.
Vivre l’injustice est terrible. Ça exaspère, et si nous sommes impuissants la manière de vivre cela peut être extrêmement violente.

Fort de cette expérience, notre personnage a rapidement compris qu’il ne faut rien attendre de ce monde. Malgré une vie correcte, un impondérable peut tout faire basculer en un instant. Erreur diverses, piratage informatique, malveillance, maladie, accident,... personne n’est à l’abri et du jour au lendemain une vie sans problème peut devenir un vrai calvaire.

Le calvaire, c’est le lieu où le Seigneur Jésus-Christ, chargé de notre péché, fut offert en sacrifice. Christ le juste a souffert une fois pour les péchés des injustes, afin de nous amener à Dieu; il a été mis à mort quant à la chair, et rendu vivant quant à l’Esprit (cp. 1Pi 3/18)

Contrairement à notre homme devant le représentant de la loi ; devant Dieu, nous sommes coupables.
Certes, c’est Adam, notre ancêtre qui a péché, mais nous aurions tous agit comme lui. Et si quelqu’un s’imagine être une exception,... il s’illusionne mais il n’abuse que lui-même, car en réalité, devant Dieu, il n’est rien (Ga 6/3 (PVV)). Autrement dit, avec un peu d’objectivité, en acceptant la reprise de notre conscience, nous sommes tous capables de dire que nous ne sommes pas parfaits.
Or, Dieu l’est ; et l’imperfection, source de péché, ne peut paraître en présence de Celui qui est pur et Saint.
Néanmoins, Dieu est amour, c’est pourquoi Il offre à chacun la possibilité de devenir Son enfant (cp. Jn 1/12). Le Seigneur ne nous doit rien, et comme notre homme, c’est à vous de vous rendre chez Celui qui détient La Loi.
’’Faut-il trouver son adresse !’’ Avanceront ironiquement quelques uns.
Ce n’est pas faux, mais quand beaucoup déploient une énergie colossale pour trouver des coordonnées quelconques, rares sont ceux qui cherchent vraiment celles de Dieu.
Le seul mobile valable est votre désir de connaître Dieu.
Le seul chemin est Jésus-Christ.

A vous l’initiative de Le prier et de Lui demander de Se révéler.
Dieu n’a pas de limite, c’est pourquoi Il connaît vos circonstances comme vos besoins.

N’hésitez pas, invoquez-Le. Ce qu’Il fera est fiable et sûr.

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact