Retour vers Les archives
Dimanche 17 novembre 2013
 
 
   
 


Avec effroi, j’ai appris l’existence de ‘‘boites à bébé’’. Boites douillettes, qui permettent aux parents de déposer anonymement leur enfant dans un endroit où il sera rapidement recueilli. Cette manière de faire est moins pire que récupérer des enfants dans des poubelles, transis de froid voire mort.

La condition de ces enfants, qui n’ont rien demandé, touche directement le cœur, mais qu’en est-il du papa ou de la maman… ?
Bien que respectant l’anonymat, les observations montrent que la plupart des abandonnant sont des hommes. Amis, familles, pères,… nous ne savons pas, mais que sont devenus les mères, quels vécus ont-elles de ces situations… ?

A l’instant ‘‘t’’, très certainement, un soulagement, mais ensuite… il faut vivre avec.

Dans notre pays, ces ‘‘boites’’ n’existent pas. En effet, l’accouchement sous ‘‘X’’ permet l’anonymat des parents ou du parent, néanmoins, le vécu est là et le souvenir reste.

Placé devant une situation très particulière, un jour, une femme fut amenée à Jésus pour qu’Il la juge, la réponse de Dieu fut : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle (Jn 8/6). Si Dieu pardonne, qui est suffisant pour juger ?

Grossesse liée à un viol, à un inceste, adultère, situation sociale critique, difficultés d’addictions diverses, problèmes médicaux,… si beaucoup de causes peuvent être à l’origine de ces abandons une seule chose est importante, le regard de Dieu sur une vie.

Bien sûr, les hommes peuvent parler, mais Jésus après que tous les hommes, accusés par leur conscience, se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu’aux derniers ; … lui dit : Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus. Puis, Il dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie (Jn 8/9…12).

Comme la plupart des hommes, cette femme savait que ce qu’elle faisait n’allait pas. Elle aurait pu dire qu’elle n’avait pas le choix, qu’elle n’avait pu s’en empêcher ou…
Mais Christ ne le lui a pas demandé, comme Il ne le demande jamais. Et si la recommandation est sévère : ‘‘ne pèche plus’’, mais la solution suit : Jésus peut éclairer votre vie et vous guider si vous voulez bien Le suivre.

Se faisant homme, Jésus-Christ est allé jusqu’à s’offrir en sacrifice pour le pardon des péchés et Il est ressuscité pour donner à tous ceux qui Le suivent le paradis.

Ceux qui suivent Christ, ont un jour :
Reconnu que la vie n’a pas vraiment de sens, mais qu’elle est tellement ‘‘magique’’ qu’il y a forcément autre chose que ce que nous présente ce monde
Eté confronté à leur Créateur, et ont réalisé leur besoin de Sa clémence, tant ils se trouvaient pécheur face à la sainteté de Dieu
Reçu l’assurance du pardon en Jésus-Christ et vivent chaque jour Son amour, Sa paix et Sa joie.

Quoi que vous ayez vécu, quelles que soient vos ‘‘mauvais souvenirs’’, votre passé, Christ ne change pas et Il fera pour vous, la même réponse : ‘‘Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus’’.
Et Il sera là, pour vous pardonner et être à vos côtés chaque jour.
Oui, Il le fait, même si vous, vous n’arrivez pas à vous pardonner ; même si vous vous en voulez toujours.

Nous n’avons qu’une vie et… il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement (Héb 9/27), alors… ne tardez pas, vivez Son pardon et recevez Sa paix !

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact