Retour vers Les archives
a b
 


Parce que son fils était dans un état critique, un officier, partit pour une marche de plus de 25km afin de rencontrer le seul qui pourrait faire quelque chose. Oui, Jésus était à Cana. Et même si Jésus pouvait être réparti, il n’hésita pas car il ne pouvait laisser son fils mourir ainsi. Il est évident qu’au cours de ce trajet notre père de famille a eu des doutes et bien des interrogations :
Jésus serait-Il toujours là ?
Jésus pourrait-Il guérir son fils ? Jésus le voudrait-Il ?
Comment L’aborder ?
Comment Le faire venir ?
Jésus, va-t-Il écouter au milieu de cette foule qui Le suit ?
...

Cet officier avait la foi.
C’était peut-être la foi du désespoir, ou celle qui avait pu naître en entendant le Christ ou en Le voyant à l’œuvre à Capernaüm, mais c’était quand même de la foi.

Parce que le Christ est toujours au rendez-vous, notre homme L’a prié et Lui a demandé de se rendre auprès de son fils pour le guérir. Jésus commença par reprendre ce père sur sa foi, l’officier reconnut son intérêt dans cette recherche, tout en insistant et en soulignant son désespoir.
Jésus l’exauça.
Il lui annonça simplement la guérison de l’enfant à cet homme qui ne pouvait que placer sa confiance et son espérance dans son dernier recours : Dieu.
Quand il revint chez lui, ce papa, non seulement constata la guérison du petit mais aussi la précision de l’intervention de Dieu. (cp Jn 4/46-53)

Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement (Heb 13/8), et ce qu’Il a fait pour cet homme, Il peut le faire pour chacun. Mais, sauf si vous avez un proche malade nous ne pouvons vous recommander de vivre ce genre d’expérience.
C’est vrai qu’à posteriori, il y a beaucoup de réjouissances quand ça arrive. Mais, toute cette énergie, toutes ces angoisses, toutes ces souffrances,... pour pouvoir se confier en Dieu, est très éprouvant. Il n’est pas nécessaire de passer par là, quand le Seigneur a tout accompli pour sauver et bénir ceux qui Le cherchent de tout leur cœur.

Et même si Dieu voit les épreuves terribles que certains peuvent traverser, Il sait aussi qu’elles sont négligeables lorsqu’on les compare à l’enfer.

C’est pourquoi, n’attendez pas... !
Dans la difficulté ou dans la facilité, cherchez votre Créateur.

Ici-bas, nous allons tous vers la mort et refuser de mettre sa vie en règle avec Dieu ou penser qu’on pourra le faire plus tard, ressemble à quelqu’un qui prend un train sans billet, alors qu’il sait qu’il y aura un contrôle.
Dire : « je le prendrai plus tard, j’ai le temps ! » est déraisonnable. Quand on sait que l’on paiera.
Dire : « je n’en ai pas besoin », est folie si on ne veut pas être débarqué dès la prochaine gare.
Par contre, se mettre en quête du contrôleur en lui expliquant les choses assainit ce genre de situation.

Nous sommes tous embarqué dans le train de la vie, et Jésus en est le contrôleur.
Oui, c’est Lui qui doit juger... (2Tim 4/1),

Votre billet..., c’est votre foi dans Son œuvre à la croix. Ce billet est éternel...
Si vous l’avez, c’est une bénédiction.
Si vous ne l’avez pas mettez-vous en quête de l’obtenir.
Par besoin, par intérêt, par curiosité,... on s’est tous approché de Jésus pour une raison. Et Il a toujours été fidèle pour accomplir chacune de Ses promesses.

Vous aussi, tel que vous êtes, sans rien caché, présentez-vous devant Dieu. Il vous écoute.

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact



partenaires venezamoi.com
 
 
partenaires venezamoi.com