Retour vers Les archives
Dimanche 24 septembre 2017
a b
 


Arrivé… dans le pays des Gadaréniens. Aussitôt que Jésus fut hors de la barque, il vint au-devant de lui un homme, sortant des sépulcres, et possédé d’un esprit impur. Cet homme avait sa demeure dans les sépulcres, et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne. Car souvent il avait eu les fers aux pieds et avait été lié de chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les fers, et personne n’avait la force de le dompter … Ayant vu Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui, et s’écria d’une voix forte : Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’en conjure au nom de Dieu, ne me tourmente pas. Car Jésus lui disait : Sors de cet homme, esprit impur ! Et, il lui demanda : Quel est ton nom ? Légion est mon nom, lui répondit-il, car nous sommes plusieurs. Et il le priait instamment de ne pas les envoyer hors du pays. Il y avait là, vers la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissaient. Et les démons le prièrent, disant : Envoie-nous dans ces pourceaux, afin que nous entrions en eux. Il le leur permit. Et les esprits impurs sortirent, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita des pentes escarpées dans la mer : il y en avait environ deux mille, et ils se noyèrent dans la mer. Ceux qui les faisaient paître s’enfuirent, et répandirent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. Les gens allèrent voir ce qui était arrivé. Ils vinrent auprès de Jésus, et ils virent le démoniaque, celui qui avait eu la légion, assis, vêtu, et dans son bon sens ; et ils furent saisis de frayeur. Ceux qui avaient vu ce qui s’était passé leur racontèrent ce qui était arrivé au démoniaque et aux pourceaux. Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire (Mc 5/2-17).

Ici, quand les uns et les autres s’attachent : à l’existence des démons, à la libération de cet homme à sa force prodigieuse, au suicide des cochons ou à la demande de départ de Jésus ; ce qui me surprend est la frayeur qui saisit les habitants.
En effet, ces autochtones ont été effrayés de voir un homme assis, vêtu, et dans son bon sens, comme si quelqu’un de normal était surprenant.

Ce possédé faisait partie du paysage et c’est étrange comme l’homme s’y habitue en n’aimant pas que les choses soient trop perturbées.
Ici, un homme était ‘‘bizarre’’, incontrôlable et violent, mais ils vivaient avec et ils y trouvaient leur équilibre, même s’ils s’en plaignaient.

Oui, on aime comprendre, c’est pourquoi changer le quotidien, rentrer dans quelque chose qui humainement ne s’explique pas, déplaît et est rejeté. D’ailleurs, depuis environ 2000 ans, tout le ministère de Christ en témoigne.

L’homme vit des choses terribles, le monde qui l’entoure ne lui convient pas, il s’en plaint mais il préfère s’en contenter que de prêter, ne serait-ce qu’un instant, attention à ce que Dieu veut lui proposer.
C’est vrai, qu’en Christ, par Son pardon, par Sa puissance, par Sa paix, par Son amour et par la joie qu’Il donne, la vie n’est plus la même.
Ce possédé était pris pour un fou, à cause de son état, les démons terrorisaient le pays et Christ, à cause de son amour l’a rétabli. Mais c’étaient les ‘‘braves gens’’ qui n’allaient plus. Ils ont chassé Dieu, et ne voulait pas de cette paix que cet homme pouvait maintenant communiquer.

Qui était le plus déraisonnable ?

Vous pouvez, vous aussi, vivre ce que cet homme a connu. Ouvrez la Bible, lisez les Evangiles (passez vite les généalogies) et voyez ce que Christ veut pour vous.
Cette relation avec Dieu est personnelle, priez et soyez encouragé !

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact



partenaires venezamoi.com
 
 
partenaires venezamoi.com