Retour vers Les archives
a b
 


En vacances, beaucoup en profitent pour faire tout ce qu’ils n’ont pu réaliser en travaillant. Familles, amis, enfants, couple, sorties, voyages, sport, adrénaline, sieste,… la liste est longue… et on s’aperçoit que le planning est bien… très bien rempli.
Pour quelques-uns même, les vacances sont un moment où tout se fait à un rythme effréné, à tel point qu’on pourrait dire avec humour : ‘‘heureusement qu’il y a le travail pour se reposer !’’

Dans cet ordre d’idée, on raconte l’histoire de cet explorateur, il y a plusieurs dizaines d’années, qui, en Amérique du sud, parcourait les diverses contrées. Il voulait voir un maximum de choses, alors il pressait le pas et imposait un rythme soutenu à ses porteurs de bagages. Tout se passait bien et les porteurs suivaient le rythme de l’homme pressé, jusqu’au matin où ils restèrent silencieux et ne bougèrent pas, l’air ailleurs. Aucun n’avait l’intention de reprendre la marche ce jour-là et, le réalisant, l’explorateur s’impatientait.
Agacé, il interpela le chef des porteurs et le somma de faire reprendre la marche à son équipe, mais, rien. Il questionna et, là ils lui répondirent qu’ils avaient marché trop vite et qu’aujourd’hui il fallait attendre que leurs âmes arrivent à les rejoindre.

On peut toujours penser que ces porteurs étaient un peu paresseux ou/et superstitieux, mais dans nos vies modernes, ils nous donnent une réelle leçon. Car aujourd’hui tout va vite.
On voit tous que les progrès techniques nous entraînent à un rythme de plus en plus rapide, et du travail en vacances, le rythme souvent ne change pas vraiment.

Pourtant… c’est important de s’arrêter !

Mais s’arrêter, c’est se retrouver face à soi, face aux siens, et ça peut gêner.
Il est concevable qu’un homme qui passe 2 à 3 heures avec les siens en fin de journée et un peu plus le week-end, ne se sent pas forcément à l’aise quand ce sont des journées entières qui se vivent ensemble. Où parfois même les non-dits finissent pas se dire, simplement parce que là…, on a le temps.

On vit seul !
Oui, personne ne peut ressentir les choses à notre place. Mais cette position s’exacerbe lorsque la vie ou ce que l’on en fait, fait de l’homme hyper-communiquant un esseulé malgré lui. Et que ce soit sciemment ou non, celui qui se tient à l’écart cherche ce qui lui plaît… (Pr 18/1).

Dieu a vu l’homme seul…, Il n’a pas trouvé bon que l’homme soit seul et Il lui a donné une femme (Ge 2/18…22). Aujourd’hui, cela aurait-il changé… ?

Assurément, non !
On a tous besoin d’une aide semblable à nous (cp. Ge 2/18)

Jésus-Christ est cette aide, ce secours parfait.
En tout lieu, en tout temps, Il est là, prêt à écouter, à secourir, à bénir,… et à communiquer Sa paix, Sa joie et Son amour. Car c’est par amour que de Dieu Eternel, Il s’est fait notre, homme pour secourir ces pécheurs que nous sommes.

Alors, pendant ce temps de vacances, pourquoi ne pas ‘‘lever le pied’’.
Oui, il y a des contraintes, des loisirs,… mais n’est-il pas au moins aussi important, comme ces porteurs, de considérer son âme et son éternité.

Faites leur face. C’est vrai, ça impressionne, mais si vous vous tournez vers Jésus, quelle que soit votre vie, Il peut vous aider.

Invoquez-Le, dîtes-Lui votre mal-être, votre solitude… Il vous écoute et vous répondra, juste parce qu’Il peut tout et qu’Il vous aime !

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact



partenaires venezamoi.com
 
 
partenaires venezamoi.com