Retour vers Les archives
Dimanche 25 septembre 2011
a b
 

 

Même s’il s’était à peine réchauffé, Elisée voyait bien que l’enfant n’était pas revenu à la vie. Alors il s’éloigna, alla çà et là par la maison, puis remonta et s’étendit sur l’enfant. Et l’enfant éternua sept fois, et il ouvrit les yeux (1R 4/35).

Pour voir ce miracle s’accomplir, ce que vécut le prophète ne fut pas simple. En effet, avant cela, cet homme si consacré n’a pas vu venir cette mère endeuillée ; il n’a pas, non plus, manifesté de l’entrain à s’impliquer cette situation ; enfin face à la mort, Elisée s’est vu en échec dans le service du Créateur.
Et c’est dans ces conditions qu’on imagine facilement ce prophète marcher nerveusement çà et là par la maison.

Comme ça nous arrive aussi parfois, Elisée s’est retrouvé face à lui-même.
Ce qu’il a fait n’était pas mauvais, mais on peut noter un certain côté habituel des choses. Car, lorsque Elisée arriva dans la maison,...il entra et ferma la porte sur eux deux, et il pria l’Eternel. Il monta, et se coucha sur l’enfant; il mit sa bouche sur sa bouche, ses yeux sur ses yeux, ses mains sur ses mains, et il s’étendit sur lui. Et la chair de l’enfant se réchauffa (1R 4/32-34) ; mais pas plus. Or Elisée s’attendait à voir Dieu agir avec force et autorité ; ne voyant pas tout cela, il se remit en question en allant çà et là, pour revenir et voir enfin le Dieu de la vie à l’œuvre.

Un enfant est toujours un don de Dieu. Spontané, confiant, aimant et volontaire, l’enfant symbolise l’innocence. Mais ici, cette vie n’est plus.
Elisée, lui, est une image de chacun d’entre nous, quand on réalise que ce que nous sommes est très éloigné des exigences du Créateur. Mais Elisée connaît Dieu, c’est pourquoi il nous montre que même face à la mort, avec le Seigneur, rien n’est jamais perdu.

Peut-être trop habitué à la présence de Dieu, Elisée a un peu manqué de vigilance et il a trébuché. Et saisissant que quelque chose ne va pas, il comprend son épreuve et il prend le temps de revenir à Dieu pour voir la vie éclairer comme tout à nouveau sa vie et cette maison.

Nous avons tous besoin de cette vie qui vient de Dieu. Cette vie, le Seigneur veut la communiquer à chacun.
Même en silence, l’allant et venant d’Elisée révèle un profond cri au Créateur : faire le point, voir Sa gloire, ressentir Sa présence, vivre Son pardon et être un instrument béni de Dieu, étaient les demandes du prophète.
Ainsi, revenu, il a pu se coucher sur ce corps, comme épousant cette mort, pour voir le miracle de Dieu.

Bien que Dieu, Jésus a épousé notre condition humaine pour résister au péché et s’offrir en sacrifice afin de nous racheter de cette vaine manière de vivre (1Pi 1/18). Cette Bonne Nouvelle est aussi pour vous, si vous le voulez.

Comme Elisée, ne constatez-vous pas comme un manque dans la vie ?... Comme si ce qu’on vivait de mieux n’avait jamais une saveur d’achevé... ?

C’est ce qu’a vécu Elisée face à cette mort... Mais il n’y a pas de fatalité, votre Créateur, en Jésus, a prévu le moyen de sortir de toute épreuve (cp. 1Cor 10/13).

Oui, espérance et assurance sont en Christ.
Alors, si vous voulez voir de grandes choses, cherchez le Seigneur Jésus, allez çà et là, criez à Lui..., invoquez-Le afin de vivre Son amour, un amour qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis, chaque jour, jusqu’à toute la plénitude de Dieu (Eph 3/19).

Oui, vous aussi, Dieu vous aime et Il veut vous bénir !

 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact



partenaires venezamoi.com
 
 
partenaires venezamoi.com