Retour vers Les archives
 
 
 

 

Nous voyons, entendons parler et vivons parfois des situations difficiles. Chaque vie entre tôt ou tard dans une de ces phases bien compliquées, je m’avancerais même en disant que régulièrement et de diverses manières ces périodes reviennent. Emploi, famille, santé, finances, amitiés, matériel... aucun domaine de notre vie n’est épargné.
Nous pouvons reconnaître, même si ce n’est pas toujours simple, que dans certains cas nous avons des responsabilités (parfois importantes) dans ce qui nous arrive, mais dans d’autres, nous n’y sommes pour rien.

C’est l’histoire de cet homme aveugle de naissance, qui, dans son contexte était condamné à dépendre lourdement des siens ou à mendier pour survivre.

Quand nos sociétés n’avancent que réalisation de soi, loisirs et plaisirs de la vie, quelle perspective peut avoir un tel homme ?

C’est, en un sens, ce que se disaient aussi les apôtres lorsqu’ils s’interrogèrent sur l’origine des maux de ce passant. Pour eux, cet aveugle vivait simplement une sanction légitime, un jugement de Dieu, et s’ils posèrent la question au Christ, cela n’était quelque part qu’une formalité.
Mais Jésus fut très clair, et répondit : Cela n’a aucun rapport avec le péché, ni avec le sien ni avec celui de ses parents ; c’est uniquement pour qu’en lui tous puissent voir ce que Dieu est capable de faire (Jn 9/3).

Réagir comme les apôtres et penser que nos maux sont des punitions de Dieu consisterait à dire par exemple, que ceux qui sont en bonne santé sont saints et les malades le sont à cause de leur péché.

Il n’en est rien !

David fut un homme selon le cœur de Dieu (cp. Ac 13/22) malgré cela il mourut dans sa vieillesse d’une maladie non clairement décelable pour l’époque (cf. 1R 1/1)  ; Elisée, quant à lui, servit le Créateur fidèlement jusqu’au bout de sa dernière affection (2R 13/14) ; que dire alors de Paul qui proclamait les merveilles de Dieu à tous malgré une écharde dans la chair et avoir vécu une accumulation d’épreuves plus dures les unes que les autres (2Cor 11/23-28 ; 12/7)...

Un jour, une femme responsable de son péché d’adultère, fut placée devant le Seigneur. Ce qu’elle avait fait la condamnait justement, néanmoins, Jésus lui dit: Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus (Jn 8/11).

Quand ici-bas Dieu Lui-même ne condamne pas le pécheur volontaire, pourquoi imaginer qu’Il châtierait celui qui subit les évènements !

A Jérusalem, tous ont vu ce que Dieu a été capable de faire en rendant la vue à celui qui est né aveugle, de même, tous avaient entendu parler de la résurrection de Lazare qui, fut atteint d’une maladie à la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle (Jn 11/4).
Certes, la manière dont Dieu a agit dans toutes ces vies est surprenante et sort des plans que l’on peut échafauder.
Malgré tout ce qui peut être vécu, les yeux de l’Eternel sont sur les justes, et ses oreilles sont attentives à leurs cris... Quand les justes crient, l’Eternel entend, et il les délivre de toutes leurs détresses (Ps 34/16...18).

Dieu sait ce que vous vivez et Il n’est pas insensible. Mais vous avez remarqué qu’Il écoute attentivement et agit en faveur des justes.
Même si vous vous sentez le plus grand des pécheurs, il est simple de devenir juste :
Acceptez, le pardon que Dieu a acquis pour vous en portant votre péché à la croix. Vous aurez sûrement des efforts à faire pour délaisser votre péché, mais Dieu est capable de vous aider.

Si nous ne savons comment Dieu agira dans votre vie : guérison, consolation ou autre manière d’agir, nous ne pouvons que vous assurer que vous ne serez pas déçu.
En effet, rien n’est impossible à Dieu (Luc 1/37).


 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact