Retour vers Les archives
a b
 


A deux ou trois ans, il est plein de vie, et ce n’est pas surprenant de voir dans ce magasin, ce petit garçon percuter une employée qui passait les bras chargés. La dame ne manifeste rien de spécial, par contre les parents de l’enfant insistent pour qu’il lui dise : « Pardon ! ».
L’enfant refuse. Dans l’enchaînement des choses il apparaît clairement que plus les parents le pressent, plus le petit s’entête. Et quand son « Non ! » est devenu catégorique, les parents ont cessé d’insister.
Je regardais alors la famille s’éloigner et la maman faire la morale au jeune garçon, quand se dernier s’arrêta et fit demi-tour. Sa mère lui dit de revenir en soulignant qu’il était trop tard pour demander pardon, mais le p’tit gars était résolu...
Il marcha d’un pas décidé jusqu’à la dame qui discutait avec un de ces confrères. Plus il s’approchait, plus le pas devenait hésitant, mais il continua, il tourna un peu, s’immobilisa face à elle pour, du haut de ses deux ans, attirer l’attention et attendit. Quand enfin elle le vit, l’enfant s’excusa. En retour elle le pris dans ses bras et l’embrassa.
C’était comique de voir ensuite ce petit repartir en courant tout joyeux après son papa qui était plus loin.

Quand Dieu nous demande d’être comme les enfants parce que le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent (cp. Mt 19/14), c’est justement à cause de ces réactions que les adultes ont souvent perdues.
Quand ce petit a pris la décision d’aller demander pardon, il a réagi à quelque chose qui le rendait mal à l’aise. Ce qu’il entendait comme le désaccord visible des parents venait heurter dans son cœur son amour pour eux, le désir de leur plaire ainsi que sa propre conscience qui le reprenait.

Agissez-vous comme lui avec cette simplicité de cœur ?

Vous,... peut-être... !
Mais nous savons bien que beaucoup évaluent les choses avant de passer à l’acte. Ce n’est pas mauvais en soi, mais dans ce genre de situation, quand quelqu’un agit après réflexion, ce n’est plus totalement une réaction vraie, or Christ vous veut tel que vous êtes.

Entrer dans la vie éternelle c’est quelque part vivre ce qu’a connu cet enfant. Sauf que notre Créateur est Dieu et la personne que nous avons offensée est aussi Dieu.
Ainsi, pour faire comme ce petit, il faudrait que Dieu vous parle, que vous aimiez Christ, que vous désiriez Lui plaire et que votre conscience vous reprenne. Or dans ce que vous vivez, il n’y a que votre conscience qui ne soit pas vraiment tranquille.

Ce manque de paix n’est que la conséquence du péché. C’est dur à lire, mais vivre sans chercher Dieu c’est comme prendre une voiture sans mettre de carburant. A un moment ce sera l’arrêt.
Notre conscience est le biais par lequel Dieu garde un lien avec tous, il n’est pas bon de la faire taire. Si jusqu’ici vous étiez exclus de la présence de Dieu, vous étiez même ses ennemis à cause de vos pensées qui vous amenaient à faire des œuvres, sachez que c’est parce que vos choix ne correspondaient pas à ceux que le Seigneur désirait vous voir vivre (Col 1/21 (PVV)).

Comme ce petit, écoutez votre conscience en réalisant que le Dieu parfait s’est toujours intéressé à vous.
Tenez-vous devant Sa Majesté, demandez-Lui pardon !
Jésus-Christ par Son sacrifice a livré à la mort son corps humain, pour effacer vos erreurs, votre péché, afin de vous faire paraître saints, irréprochables et sans faute ; oui, Dieu vous a réconciliés avec Lui (Col 1/22).

Ensuite... ?
Vivez son amour et avancez désormais le cœur joyeux, car c’est avec assurance que comme nous, vous pourrez dire :
Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien; que peut me faire un homme ? (Hé 13/6)


 
 

 
 
Retour vers Les archives
 
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact



partenaires venezamoi.com
 
 
partenaires venezamoi.com