Témoignages, vidéo, musique

Témoignage de Nadia


Il y a environ un an, le Seigneur m’a guérie d’une dépression qui a duré un an et demi. Les six mois suivants, Dieu s’est chargé de me reconstruire spirituellement afin que je puisse à nouveau Lui faire confiance. Aujourd’hui je suis complètement guérie et j’ai assimilé, avec l’aide de Dieu, le fait qu’une telle épreuve devait m’arriver.

L’année 2000 qui a suivi, le Seigneur m’a baptisée du Saint-Esprit le dimanche de Pentecôte au camp de jeunes de Gap. Une présence forte et une arme formidable que j’attendais depuis presque cinq ans. Cet été, après dix ans, je suis retournée dans le pays de mes parents, où réside presque toute ma famille. Ce fut avec des yeux d’adultes, cette fois-ci, que je redécouvris ce pays et sa culture que mon père avait reniés. J’ai été très heureuse parmi les membres de ma famille pour lesquels Dieu m’avait remplie d’amour ; et le Seigneur a conduit chaque jour de manière parfaite. En fait, ce que j’attendais silencieusement depuis longtemps et dont mon âme avait grand besoin m’arrivait enfin : je trouvais là-bas, en Tunisie, mon identité personnelle et cela me procurait un grand bien-être et une force intérieure.

De plus, ce fut l’occasion de témoigner à un grand nombre de personnes : dans ma famille, surtout la nouvelle génération, mais aussi au gré des rencontres formidables que Dieu m’a permis de faire. J’ai été profondément touchée par leur curiosité face à mon témoignage chrétien, leur ouverture d’esprit et leur profondeur morale.

Au moment de partir, il y avait une grande tristesse dans mon cœur de quitter ce pays qui était très vite devenu le mien, mais j’ai eu la conviction (et la consolation) que j’y retournerai pour y vivre. Mon intention était donc, à mon retour à Montpellier, de passer, comme il était convenu, ma maîtrise de Français Langue Etrangère à l’université pour partir ensuite enseigner le français en Tunisie. Mais les choses ont été différentes dès mon arrivée ; la fac me refusait les bourses que j’avais demandées et que j’étais pourtant presque sûre d’obtenir. Mais la formation, beaucoup plus intéressante mais inespérée, que j’avais demandée pour préparer le Diplôme d’Aptitude à l’Enseignement du F.L.E. (D.A.E.F.L.E.) à l’Alliance Française de Paris, allait m’être bientôt complètement financée par deux organismes différentes. Elle coûtait 31.000 F et je reçus, contre toute attente, 12.000 et 19.000 F ! Le compte était bon ! Je louais le Seigneur pour le miracle qu’il venait de réaliser. Mais il me restait à passer le concours d’entrée sur Paris. Malgré les craintes et la peur de l’échec, le Seigneur me rassurait et conduisait toute chose. Je montai une première fois pour l’écrit que je réussis avec succès et je partis donc une seconde fois pour l’oral que je réussis aussi bien, grâce à mon Dieu.

Merci au Seigneur pour les chemins tout tracés qu’Il a pour ses enfants.
Un grand merci aussi à toutes les personnes qui ont prié pour moi.
Que le Seigneur Jésus-Christ continue à vous bénir tous.

Nadia



Haut de page
Haut de page
Témoignages, vidéo, musique
Témoignage de Joseph Carlino

Je suis né dans une famille catholique qui croyait à l'existence de Dieu. Tout jeune j'allais à l'église le dimanche matin ainsi qu'au catéchisme, sans trop comprendre l'amour de Dieu. IL m'arrivait parfois de passer devant le prêtre pour confesser mes péchés. Après lui avoir tout raconté, il fallait que j'adresse des prières à plusieurs saints, Saint-Paul, Saint-Jacques, Saint-Joseph ainsi qu'à Marie, mère de Jésus en m’agenouillant devant eux. Autant vous dire que je ne ressentais rien, je m'ennuyais énormément car ce n'était que des statues de pierre qui n'entendent pas et ne voient pas. Lorsque je sortais de l'église après m'être confessé et tenu devant les statues, je peux vous garantir que je n'avais pas changé. J'avais beau essayer de faire des efforts pour m'améliorer, je n'y arrivais pas, j'étais toujours le même.
J'ai continué à aller à l'église, j'ai fait ma communion solennelle. C'était le jour de la Pentecôte et ce jour-là, j'ai reçu une claque d'un évêque : c'était soi-disant une façon de recevoir le Saint-Esprit. Mais malgré tout cela, rien n'avait changé dans ma vie.
J'ai grandi et en moi grandissaient la haine, la méchanceté, le blasphème, la colère, le mensonge, la rancune, le péché. J'étais un jeune homme qu'il ne fallait pas trop "chatouiller" car la moutarde me montait rapidement au nez et je ripostais de suite en donnant des coups, d'autant plus que pour un Sicilien, il est difficile de rester calme.
Malgré l'impression de bagarreur que je donnais autour de moi, la nuit je ne faisais pas le malin. Le jour, tout allait bien, mais la nuit, la peur s'emparait de moi. J'avais toujours l'impression qu'une personne me suivait pour me faire du mal. L'église et la communion solennelle n'avaient absolument rien apporté dans ma vie!
J'aimais beaucoup aller au cinéma et lorsque je sortais du cinéma, je faisais le caïd en relevant le col de ma veste et en bombant le torse en me prenant pour le héros du film. J'étais légèrement fier. Il y avait des films qui me touchaient énormément, c'était des films qui parlaient des chrétiens, ces gens qui n'avaient pas peur de la mort. Ils préféraient mourir plutôt que de renier leur foi en un Dieu vivant. En moi il y avait un désir de devenir un vrai chrétien. Déjà Dieu voyait en moi cette soif d'être un authentique chrétien car la volonté de Dieu, c'est que tout homme soit sauvé et parvienne à la connaissance de la Vérité.

Un jour, ma sœur aînée m'a invité à venir écouter la Parole de Dieu dans une salle toute simple. Il n'y avait pas de crucifix, pas de saints, pas de statues, mais il y avait la présence de Jésus. J'ai entendu l'évangile dans sa simplicité et là j'ai compris que Jésus-Christ était venu dans le monde mourir pour moi pour pardonner mes péchés, pour changer mon cœur, pour me transformer, pour me donner une vie nouvelle et pour sauver mon âme de la mort éternelle.
Je lui ai donné mon cœur, ma vie, je l'ai accepté comme mon Sauveur personnel et je ne le regrette pas car Il a tout fait pour moi. Le jour où j'ai donné mon cœur à Jésus, ma vie a changé : je n'étais plus le même, je n'avais jamais été aussi léger ; tout en moi était différent et je voyais la vie d'une autre manière. Même mes amis voyaient en moi une transformation car j'étais devenu un nouveau jeune homme.
Je peux dire que la haine, la colère, le blasphème, le mensonge, la rancune et la peur de la nuit ont été chassés de mon cœur parce que Jésus est venu faire sa demeure en moi. Il m'a donné sa paix, sa joie et cette certitude qu'Il est avec moi tous les jours jusqu'à la fin du monde.
A Lui seul soit toute la gloire pour ce qu'Il a fait hier, pour ce qu'Il fait aujourd'hui et pour ce qu'Il fera demain.



Témoignages, vidéo, musique
Témoignage de Marc Colinard


Ce que je peux dire et ce que j'ai expérimenté avec mon Seigneur c'est son Amour immense et infini, Sa patience et Sa fidélité.

J'ai fréquenté l'école du dimanche et j'ai eu la chance de connaître le Christ relativement jeune : à 12 ans. Je ne peux pas dire que mon enfance fut facile, il y avait peu d'argent à la maison, mais déjà Dieu gravait son empreinte dans mon cœur. "Une sentinelle" qui ma gardé tout au long de ma vie, qui ne m'a jamais quitté jusqu'à aujourd'hui !

A 20 ans j'ai décidé de partir travailler en Angleterre, j'ai quitté Montpellier et en même temps l'église. Là, j'ai commencer à vouloir vivre ma vie autrement. Même en conservant ma bible toujours près de moi, au pied de mon lit ; j'ai, petit à petit, fini par m'éloigner de Dieu, séduit par les plaisirs qu’offre notre société : boites de nuits, petites amies, ... et j'ai délaissé l'unique lien qui pouvait me montrer le vrai, le seul chemin que je devais suivre pour être vraiment heureux, vivre une vie vraie et authentique.
Cette vie loin de Dieu est superficielle, on s'attache à des choses éphémères qui n'ont pas d'importance et surtout qui n'apporte rien de concret et de véridique. Comme dit l'Ecclésiaste " vanité des vanités, tout est vanité et poursuite du vent ! ’’ Mais amorcé par ce monde, il est difficile de faire marche arrière, car la séduction est très forte. Néanmoins, il y avait une voix qui me disait : « Mais tu n'es pas fou de penser retourner vers ton Dieu, fini les soirées entre copains, fini les petites amies, fini la liberté… Si j'avais su à l'époque combien j'étais prisonnier et esclave de cette vie et de la cigarette.

Après l'Angleterre ce fût le service militaire : Marseille puis Paris ou j'ai passé pas mal d’années.

Pendant cette période malgré mon éloignement, Lui, mon Seigneur était là, Il me surveillait et de temps en temps Il provoquait dans mon âme, mon corps et mon coeur un manque terrible de sa présence : une énorme soif de Dieu.
Dans ses moments là je pensais à une seul chose, trouver une église et rentrer me mettre à genoux dans un coin et je priais avec force, et à chaque fois en sortant je me sentais vraiment léger mon âme nourrie et apaisée parce que je venais de rentrer en contact avec Lui, mon Père.
Il me disait : « tu vois ce que tu rates, tu vois ce que Je peux faire pour toi, cette amour que j'ai en réserve pour toi ! » Mais je ne réagissais pas plus que ça, en fait, j'avais peur de revenir près de Lui, vraiment. Je ne voulais pas laisser cette vie faite de paillettes, de soirées sans lendemain, de faux amis, … même si je savais que je faisais fausse route.

Dieu frappe à la porte des cœurs en montrant son Amour mais il nous laisse toujours le choix !

Quand je repense à cette période, c’est triste. Je me disais que j'étais : comme tout le monde. Croyant être heureux avec : un job, une petite amie, le cinéma la semaine, les amis le week-end. » Mais, au fond de moi il y avait un vide, un manque d’authenticité, de pureté, en fait ce que j’avais connu plusieurs années auparavant. Mon âme demandait quelque chose que je ne pouvais lui donner : la présence de Dieu, de Son Esprit, de Son d'amour et de Ses bienfaits.

De retour à Montpellier ma vie a commencé à changer, elle est devenue de plus en plus difficile à tous les niveaux.
J'ai connu des angoisses terribles, je n'avais plus de repères, j'avais le mal de ce siècle: l'angoisse.
Ainsi, en parlant avec des amis ou des connaissances j’ai réalisé combien les gens sont tenus par cette maladie.

Les fanfaronnades du dehors laissent souvent la place à de grandes détresses bien enfouies au fond des cœurs.

J'ai été frappé par le nombre de personnes jeunes ou moins jeunes qui ont besoin de médicaments (anxiolytiques, antidépresseurs, ...), d'alcool, de drogues plus ou moins fortes… de cigarettes pour se sentir bien, pour surmonter et survivre dans cette société violente, dans ce monde loin de Dieu !

C'est à ce moment là que je me suis rendu compte combien j'étais malade : conséquences d'une vie loin de Dieu, d’une vie qui n'est qu'un leurre sans Christ, une perte de temps ! Et là j'ai crié à mon Seigneur !

J'ai passé des soirées, des nuits à crier à Dieu, à noyer mon lit de larmes, afin qu'Il vienne me secourir, me guérir. Je me sentais seul au monde et le vide de mon cœur était énorme ! Dieu a entendu ma prière, là, j'ai fait cette expérience magnifique de l'Amour de Dieu, Mon Merveilleux Seigneur n'attendait que ça : que je vienne à lui le cœur repentant, le cœur sincère.

Il a mis sur mon chemin la fille d'un ami chrétien. Je ne l'avais pas revue depuis mon enfance, je me rappelais d'elle toute petite et je l'ai reconnue malgré les années passées.
J'étais heureux de les voir rentrer dans ma vie car avec eux une soif insoutenable de me rapprocher de Dieu me remplissait.
En leur présence je me sentais apaisé, leur compagnie me faisait du bien.
Là j'ai vue la réponse de mon Dieu, j'ai crié à lui ET IL A REPONDU Il voulait que je retourne à la maison près de Lui, je me suis mis à Le rechercher avec force et sincérité et je Lui ai ouvert mon cœur, Il a tout de suite répondu. Notre Seigneur est magnifique, car si nous sommes infidèles, Lui, Il reste fidèle et répond à nos appels dès que l'on se tourne vers Lui avec vérité et sincérité.

Si nous arrivons à faire un seul pas vers Lui, il en fait mille vers nous !

Puis le plus beau jour de ma vie est arrivé. Un dimanche mes amis chrétiens m'ont invité à venir assister à une réunion l’après-midi, j'ai accepté. Bien qu’un peu mal à l'aise de revoir tous ces gens que j’avais connus, « d'être jugé », « d'être l'attraction de l’après-midi », je voulais aller à la rencontre de mon Dieu, c’était la seule chose qui importait. Mon âme attendait ce moment depuis tellement longtemps.

Dès que j'ai franchi la porte de l'église l’Amour de Dieu m’a envahi, j'ai senti cette présence, la présence de Dieu ! Réalisez-vous ! La présence de Dieu pour moi, celui qui a passé tant d'années à lui dire non !
Là, le cœur sincère et repentant j'ai senti Son Amour merveilleux me remplir et mes yeux se sont à nouveau ouverts. Car Dieu était heureux de me voir revenir dans Sa maison.

Apres ces moments merveilleux, j'ai passé plusieurs jours à pleurer pratiquement jour et nuit. A chaque réunion je pleurais. Je pleurais, je vidais toutes les larmes de mon corps sur mon péché, je me sentais tellement sale, mais, en même temps je sentais l'amour infini de Dieu sur moi, je crois qu'il n'existe aucun mot assez fort et précis pour décrire la puissance de cet amour, je Lui ai demandé pardon pour ce que j’avais fait. Dans son infinie bonté Il m'a pardonné, et m’a lavé.

Depuis ce jour ma vie a totalement changé, plus besoin de substitut au bonheur. Je lui ai demandé de me libérer de la cigarette, Il l’a fait en un clin d'œil.

J'ai expérimenté ce verset de la Bible qui dit : « quand un malheureux crie à Dieu, il l'entend et le délivre ». Maintenant Mon Merveilleux Seigneur habite mon cœur, ma vie a été transformée. Aujourd’hui, je connais les véritables valeurs et les priorités à donner. Combien ai-je encore de progrès à faire pour être comme Il le souhaite ! Mais je sais que désormais je ne serai plus jamais seul.
C’est pourquoi je veux Le servir jusqu'a mon dernier souffle.
N’est-ce pas le minimum à faire ?

Vous qui lisez ces quelques lignes, j’ai une merveilleuse nouvelle pour vous !
DIEU VOUS AIME,
Il ne souhaite que vous le démontrer, approchez-vous de Lui avec sincérité, si vous entendez Son appel, si Il frappe à votre coeur ne faites pas la sourde oreille comme moi. J'ai perdu trop d'années loin de lui, ouvrez votre cœur faite un pas, Il fera le reste du chemin vers vous et votre vie en sera véritablement changée !

Que Notre Merveilleux Seigneur vous bénisse.

 

Témoignage de Jocelyne Sallin


Avant de témoigner, je voudrais remercier Hélène, de m’avoir fait redécouvrir et connaître le Seigneur, et d'avoir répondu à mes innombrables questions avec beaucoup de gentillesse et simplicité. Je remercie aussi les choristes qui ont touché mon cœur à travers leurs magnifiques chants.

Comme beaucoup de personnes j'ai subi des épreuves, j'ai été retirée de la garde de mes parents à l'age de neuf mois, pour mauvais traitements et placée dans différents foyers, puis dans une bonne famille d'accueil pendant 9 ans. J'ai fréquenté l'église catholique du village, baptême, communion... Je croyais en Dieu mais à l'époque je n'avais rien compris. On y parlait beaucoup de péchés, d'enfer et ça me faisait peur. Je trouvais l'église triste et austère. Je m'en suis éloignée. A l’époque je m'apitoyais sur moi, je criais à l'injustice. Je pensais que la vie était mal faite. Enfant, je m'étais promis de tout faire pour m'en sortir, pour prouver à ma vrai famille que j'avais pu réussir sans leur aide. J'ai longtemps eu l'orgueil et la prétention de penser que c'était par ma volonté que j'y étais arrivée. Aujourd’Hui je sais que c'est par la Grâce du Seigneur. Il ma protégée, soutenue et sauvée.
Tout au long de ma vie j'ai frôlé les catastrophes et alors que les situations me paraissaient sans solutions tout se résolvait comme par miracle. J'en étais arriver à penser que c'était dû à mes seules compétences et à la chance. En fait j'étais bénie et protégée et je ne le comprenais pas.
J'ai eu le bonheur de rencontrer celui qui allait devenir mon mari, nous avons fondé notre foyer et eu nos trois enfants. Nous vivions en Région parisienne et pour beaucoup de gens on avait une bonne vie, mais je ressentais un vide dans ma vie. J'ai pensé que la solution était de refaire notre vie ailleurs.
On est arrivé Montpellier en 1990 et le Seigneur a continué à nous bénir sans que je ne le comprenne. Nous avions la santé, un emploi, une maison, enfin tout pour être heureux, bien plus que beaucoup de gens, mais malgré tout cela le vide était toujours là.
J'ai compris depuis peu que ce que je recherchais je ne le trouverai dans aucun lieu, mais que c'était enfoui au fond de mon cœur. Le Seigneur m'appelait.

Lorsque je suis venue pour la 1ere fois dans cette église j'ai été très surprise car c'était très différent de ce que je connaissais j'ai senti qu'il se passait quelque chose. Je ne savais pas ce que c'était mais j'étais bien. J'étais troublée et surprise de voir autour de moi des gens gais qui chantaient, souriaient. Jeremy chantait et conduisait le début de la réunion. J'ai été interpellée de voir ce jeune homme que je ne connaissais pas, à peu près de l'âge de mes enfants, si sincère, si vrai, si confiant et disant que Jésus m>aimait. Il fallait que je revienne, je suis donc revenue, et revenue...
J'ai commencé à lire la Bible et sans que je m'en aperçoive le message de Jésus occupait mon esprit une grande partie de mes journées et de mes nuits. Les réunions sont devenues presque vitales pour moi. C'était comme une nourriture. Les mois ont passé, avec les doutes, les attaques et les bénédictions. Puis j'ai réalisé et compris il n'y a pas très longtemps, le vrai sens du sacrifice de Jésus, je sais qu'il est mort pour moi alors que je suis pécheresse et que je ne le mérite pas et que son sang m'a lavé de mes péchés. Depuis j'ai pris la décision de passer par les eaux du Baptême. Je vais renaître et devenir une nouvelle personne.

Si vous venez pour la 1ère fois, ne vous laissez pas impressionner par les différences, persévérez. Nous n'avons pas besoin de cathédrales, ni de statues pour éprouver une foi vraie et sincère. La seule vérité se trouve au fond de la Bible. Regardez autour de vous, les frères et les sœurs de cette Assemblée sont souriants, accueillants, prêts à vous renseigner et à vous aider. Répondez à l'appel du Seigneur. Ne faites pas mon erreur de toutes ces années gâchées, de tous ces péchés commis que j'aurais pu éviter. Je n'avais pas conscience d'être pécheresse, mais ma vie était remplie de pleins de petits défauts. Je sais hélas que j'en commettrais encore, mais tous les jours je demande au Seigneur de m'aider et de me pardonner

Autrefois je criais à l'injustice, mais maintenant je sais que les épreuves passées étaient indispensables, que c'est à travers elles que j'ai été fortifiée et que si c'était à refaire je les revivrais. J'ai appris à pardonner, à oublier. Ce qui c'est passé autrefois ne me concerne plus, je suis une nouvelle créature.

Je vous remercie tous de m'accueillir parmi vous, je suis heureuse et fière de faire partie de votre grande et belle famille.

Merci Seigneur de ce que tu as fait et que tu fais dans ma vie, je te prends pour ami, confident et Sauveur. Merci de m'aimer malgré tous mes défauts et merci pour la croix. Garde-moi fidèlement auprès de toi jusqu'au bout, relève-moi si je chancelle et que jamais tu n'ais honte de moi.
Seigneur me voilà enfin revenue à la maison. Dispose de moi comme tu le souhaites et que ta volonté soit faite.




1|2|3
 
Haut de page

 
     
 
Eglise Evangélique de Pentecôte - 166 avenue Albert Einstein 34000 Montpellier
 
Accueil | Prédications vidéos | Archives Mini Message | Plan du site | Recommander ce site | Newsletter | Qui sommes-nous | Bible | Témoignages
Actualité | Activités | Chorale | Commande CD | Ecole du dimanche | Liens | Contact